U bent hier

Le parc de Neerpede

Le futur Parc de Neerpede a pour ambition d’offrir un espace vert qualitatif accessible à toutes et tous, assurant la transition entre la ville et la campagne du Pajottenland.

Aujourd’hui, le site est morcelé, constitué d’un ensemble de parcs et de friches aux aménagements très différents, depuis le parc des Etangs jusqu’au parc de la Pede. L’objectif poursuivi est de réunir toutes ces entités en un seul espace vert cohérent et harmonieux, géré par Bruxelles Environnement : le parc de Neerpede.

Un parc rénové dans son entièreté         

Pour obtenir la cohérence et la qualité souhaitée, l’ensemble du parc sera progressivement rénové, suivant différentes phases, de façon à maintenir des zones de parc accessibles tout au long du projet.

La rénovation de ce parc devra répondre aux nombreux défis de la ville d’aujourd’hui : préserver et améliorer la nature et le paysage tout en proposant des espaces conviviaux pour tous dans le contexte d’une ville en pleine expansion démographique, et notamment le développement du quartier des Trèfles, tout proche. Une étude acoustique des impacts des aménagements prévus sera réalisée et chaque aménagement sera étudié pour respecter le site et les biotopes, pour valoriser l’eau et les éléments paysagers.

Une charte paysagère sera développée, garantissant l’utilisation de matériaux respectueux de l’environnement au cours des aménagements successifs et assurant à terme la cohérence du parc dans son entièreté.

Il sera développé un projet de parc adapté au site, qui s’appuie sur les qualités de ce territoire (étangs et cours d’eau, biodiversité) et les valorise, qui atténue les éléments plus négatifs présents (bruit, berges artificielles et mauvaise qualité de l’eau) et qui concilie au mieux les besoins et attentes de tous les usagers de ce parc.

Le parc côté nature

Biodiversité et habitats

Le site du futur parc de Neerpede renferme de nombreux biotopes, certains de grand intérêt biologique, d’autres assez communs mais également des milieux dégradés, notamment par la pollution ou les aménagements en place (berges bétonnées…). Il en est de même pour la faune et la flore du site. On y trouve quelques espèces rares, qu’il faudra protéger, mais également plusieurs espèces invasives telles que l’ouette d’Egypte (Alopochen aegyptiaca), la tortue de Floride (Trachemys scripta) ou la balsamine de l’Himalaya (Impatiens glandulifera). La propagation de ces espèces exotiques envahissantes dans l’environnement constitue l’une des causes majeures d’atteinte à la biodiversité et aux écosystèmes. Ces espèces devront donc faire l’objet de mesures de gestion particulières afin de limiter leur présence sur le site.

Afin d’identifier les qualités écologiques de la zone, une étude approfondie de la biodiversité et de son potentiel de développement a été menée pour le compte de Bruxelles Environnement en 2022. Le diagnostic biologique de la zone a été réalisé en compilant des expertises de terrain et les données de nombreux naturalistes locaux. Sur base de ce diagnostic, les différents biotopes à conserver ou développer dans chaque zone ont été définis, ainsi que les mesures de gestion à adopter pour y parvenir mais également des indications concernant l’intensité de fréquentation acceptable pour ces biotopes.

Les différents projets d’aménagement du futur parc de Neerpede s’appuieront sur les résultats de ce diagnostic pour adapter le projet aux objectifs de valorisation de la biodiversité. Certaines zones du parc pourront ainsi être mises en défens afin de préserver des biotopes de grande valeur biologique contre le piétinement.

Les biotopes les plus intéressants en termes de biodiversité sont les biotopes liés aux milieux aquatiques le long de l’axe bleu du Neerpedebeek et des étangs. Beaucoup de ces biotopes sont cependant actuellement dégradés et un effort sera mené pour les restaurer. Les autres milieux particulièrement intéressants sont des espaces peu perturbés par les activités humaines où de nombreuses espaces végétales et animales ont trouvé refuge. Une gestion appropriée permettra de limiter la fréquentation de ces zones et d’en conserver leur richesse.

Le projet d’aménagement du parc intègrera également de nombreuses plantations. Les essences seront choisies selon des critères paysagers, d’adaptation aux changements climatiques, d’intérêt pour certaines espaces cibles (abeilles, oiseaux…) ou de compatibilité avec le niveau de fréquentation de la zone où elles seront plantées. Les espèces indigènes seront privilégiées et une attention particulière sera apportée à la gestion des espèces invasives présentes.

La place de l’eau

L’eau représente près d’un tiers de la surface du futur parc de Neerpede. C’est donc un élément fort, qui structure le parc et son paysage, qui sera inclus dans toutes les réflexions liées au projet d’aménagement. Actuellement, de nombreux étangs ont des berges bétonnées et le Neerpedebeek est également soit bétonné, soit en pertuis, à l’aval du parc du de la Pede. De plus, bien que de nombreux travaux sur l’égouttage et la gestion intégrée des eaux de pluie aient déjà été réalisés, le Neerpedebeek et les étangs font encore l’objet de nombreuses pressions. En conséquence, certains étangs sont eutrophiés (trop riches en matières organiques), nauséabonds en été, mal oxygénés et sujets à des crises de cyanobactéries (algues bleues) et de botulisme à répétition, dangereuses pour la santé publique et pour la biodiversité (nombreux oiseaux  et poissons morts en périodes estivales).

Bruxelles Environnement a pour ambition de redonner ici toute sa place à l’eau en valorisant les étangs et les cours d’eau et en améliorant la qualité de l’eau. Ces actions sont intimement liées avec les questions d’amélioration de la biodiversité. Ainsi, le projet développé pour le parc de Neerpede devra répondre aux exigences suivantes :

  • Mise en valeur des sources et reconnexion du réseau hydrographique. Le Neerpedebeek, actuellement canalisé au-dessus de l’étang « Moyen » retrouvera un lit naturel, au cœur d’une zone humide à niveau d’eau variable  qui jouera un rôle dans la prévention des inondations et présentera une importante diversité de biotopes.  L’étang  « Marius Renard » sera à nouveau alimenté, ce qui permettra d’augmenter le renouvellement de l’eau, tout en assurant son oxygénation, limitant ainsi les crises de cyanobactéries et autres désagréments olfactifs.
  • Renaturation de toutes les berges actuellement bétonnées via la plantation et la création de zones immergées (roselière, lagunage, zone de frayère…), créant ainsi autant de nouveaux habitats propices à la faune et la flore aquatique. Il s’agira des berges des étangs (Moyen, Mayfair, Marius Renard et bassins d’orage) ainsi que le Neerepedebeek.

Cette volonté d’améliorer l’eau et la biodiversité est tout à fait compatible avec le projet d’offrir une zone de baignade naturelle au niveau d’une partie de l’étang  Moyen.

Une gestion de type forestier pour l’actuel Parc Vivès

L’actuel parc Vivès est une peupleraie âgée, dont de nombreux arbres sont malades et dangereux. Un tel boisement composé d’une seule espèce est bien plus sensible aux maladies et aux ravageurs, entraînant plus de problèmes sécuritaires, et présente un très faible intérêt biologique.

La volonté, pour cette partie du futur parc de Neerpede, est de conserver un couvert arboré, traversé de chemins de promenade, tout en sécurisant la promenade et en augmentant l’intérêt écologique de cette zone. C’est pourquoi la peupleraie vieillissante sera convertie en un boisement composé d’essences variées, tant des arbres que des arbustes, avec création de lisières et gestion extensive de la strate herbacée. Cela se fera de façon progressive, sur une douzaine d’années, selon un plan de gestion élaboré par un bureau d’étude, en remplaçant les arbres malades coupés par des plantations d’essences indigènes et en favorisant la régénération naturelle.

L’accueil du public   

L’un des rôles majeurs d’un espace vert en milieu urbain est l’accueil du public. Les études sont nombreuses montrant l’impact positif de la présence d’un parc pour les habitants.

Le parc de Neerpede, de par sa superficie, permettra de répondre aux besoins et attentes de toutes et tous : des zones plus calmes pour se reconnecter à la nature, des zones de jeux pour les jeunes et les moins jeunes, des zones où pratiquer une activité sportive, des zones de détente et de délassement.

Les revêtements des chemins seront refaits et pensés pour permettre une accessibilité aisée à tous les usagers, notamment les personnes à mobilité réduite. Des espaces de pause, pourvus de bancs et de poubelles, viendront jalonner le parc.

L’impact sonore du ring sera réduit par l’installation de murs anti-bruits, mis en œuvre par Beliris.

Une équipe de gardiens-animateurs sera présente sur le site, tous les jours de l’année afin d’assurer la quiétude du parc, malgré des usages et des besoins variés.

L’accueil du public passera également par l’aménagement des entrées de parc, et par une réflexion sur la mobilité et les circulations autour du site. Dans ce cadre, une étude de mobilité, prenant en compte les questions de stationnement et de trafic sera menée à la demande de Bruxelles Environnement.

Eléments récréatifs et sportifs

Le Parc de Neerpede constitue l’un des 5 sites repris comme pôle récréatif d’ampleur régionale au Plan Régional de Développement Durable. Les enjeux d’un pôle récréatif d’ampleur régionale sont avant tout l’intégration dans un grand parc d’aménagements permettant aux bruxelloises et bruxellois qui le désirent d’y passer un moment de détente et de loisir qui mérite le déplacement pour une demi-journée.

A titre d’exemple, au sud de Bruxelles, le site du Rouge-Cloître, situé en lisière de la forêt de Soignes et classé Natura 2000 pour ses qualités biologiques, est également l’un des pôles récréatifs d’ampleur régionale. Dans ce parc, les aménagements récréatifs et sportifs ont déjà été réalisés.

Bruxelles Environnement veillera à ce que le projet récréatif qui sera développé pour le parc de Neerpede dans le cadre d’une concertation à  venir, s’inscrive dans l’esprit général du parc et les objectifs poursuivis. Ainsi, les zones récréatives devront s’adapter au site afin de respecter les biotopes présents et de s’intégrer harmonieusement aux éléments paysagers significatifs via un respect de la charte paysagère. Les matériaux utilisés seront le plus naturels possibles et peu gourmands en ressources, avec une cohérence recherchée entre les différents éléments ludiques.

De manière plus concrète, dans le parc de Neerpede, les éléments récréatifs et sportifs occuperont une superficie approximative de 5% des 40 hectares du futur parc. Cette superficie dédiée aux zones récréatives sera composée d’éléments variés, avec des intensités d’utilisation différentes.

Compte-tenu de la configuration actuelle, il est prévu de concentrer l’intensité ludique et sportive sous et à proximité du ring, dans des zones de moindre intérêt biologique et paysager. Il s’agira de zones récréatives équipées, avec une intensité ludique et sportive plus forte basée sur des équipements (balançoire, mur d’escalade, terrains de pétanque, piste de skate…). Les équipements permettant une certaine flexibilité et des usages multiples seront privilégiés afin de limiter l’emprise de ces structures.

Le reste de la superficie dédiée aux éléments récréatifs et sportifs concernera des zones récréatives plus informelles, proposant un cadre de jeu plus libre, des activités plus légères, avec une intensité plus faible, une meilleure intégration paysagère et une pression limitée sur les biotopes. Celles-ci viendront ponctuer le parc afin d’agrémenter la promenade.

L’offre ludique s’adressera au plus grand nombre, jeunes et moins jeunes, sans distinction de genre, y compris aux personnes à mobilité réduites ou en situation de handicap.

Les usages récréatifs déjà présents actuellement sur le site et les usages futurs seront pris en compte pour la définition de l’offre ludique du parc de Neerpede, de manière à proposer un panel d’activités attractif tout en étant respectueux du site.

Baignade naturelle

Suite à l’expérience positive de baignade dans l’étang de la Pede qui avait été menée durant l’été 2019, Bruxelles Environnement a fait réaliser en 2021 une étude de faisabilité pour la création d’une zone de baignade naturelle. Les conclusions de cette étude ont permis de développer un projet global d’aménagement de la partie centrale du futur Parc de Neerpede et de valorisation de l’étang  Moyen.

Croquis d'inspiration

La zone de baignade naturelle n’occupera qu’une partie de l’étang actuel, celle la plus proche du Ring. Le fond sera naturel, avec des zones plus profondes, et les berges, actuellement bétonnées, seront végétalisées. L’ensemble de la zone de baignage sera de plus entourée par une roselière. La baignade sera limitée (limitation du nombre de nageurs par jour et du nombre de nageurs présents simultanément dans l’étang de baignade) via un accès unique et contrôlé à l’étang, et l’activité de nage sera surveillée et encadrée. Les infrastructures d’accueil seront aménagées (sanitaires, vestiaires, poste de surveillance) de façon à limiter au maximum leur emprise au sol et leur impact paysager. Aucune installation récréative n’est prévue dans la zone de l’étang de baignade, l’objectif étant uniquement d’offrir la possibilité de nager et de se délasser dans l’eau. Comme l’expérience de la zone de baignade naturelle de Boekenberg à Anvers, Bruxelles Environnement compte bien réussir à combiner harmonieusement cette activité de baignade avec une naturalisation de l’ensemble de la zone de parc, la protection des zones d’intérêt écologique et une bonne intégration au sein des autres activités et usages du parc

Les autres parties de cet étang, en amont, seront dédiées au développement de la biodiversité. La partie centrale sera occupée par une roselière, qui est un milieu très riche en biodiversité, de façon à constituer une zone de lagunage naturel. La partie située la plus à l’ouest constituera une zone humide, à niveau d’eau variable et inondable, où sinuera le Neerpedebeek. Ce ruisseau ne sera pas connecté à l’étang de baignade, afin de garantir la qualité de l’eau, tant pour la biodiversité que pour les baigneurs.

Opérationnalisation

L’aménagement de l’ensemble du futur parc de Neerpede sera réalisé par phases successives :

  • Phase 1 : Aménagement de la partie centrale du futur Parc de Neerpede et valorisation de l’étang Moyen
  • Phase 1bis : Conversion du boisement de l’actuel parc Vivès
  • Phase 2 : Aménagement de la partie sud du parc (butte, zone sous le ring)
  • Phase 3 : Aménagement cohérent du parc de Neerpede avec la rénovation et la valorisation du parc des Etangs et du parc de la Pede.

Les phases 1 et 1bis sont déjà bien avancées, les autres phases du projet d’aménagement seront développées dans les prochains mois, par un bureau mandaté par Bruxelles Environnement.

Phase 1 : Aménagement de la partie centrale du futur Parc de Neerpede et valorisation de l’étang  « Moyen »

Pour rappel, ce projet vise à redonner plus de place au maillage bleu et à la biodiversité tout en améliorant l’accueil du public et en développant une fonction de baignade naturelle :

  • réaménagement de l’étang « Moyen », création d’une zone de baignade naturelle et réaménagement de l’ensemble des abords de l’étang ;
  • réaménagement des autres plans d’eau de la partie centrale du parc, notamment par la naturalisation de leurs berges, afin d’en faire des zones humides et d’étangs paysagers, dédiés à la biodiversité ;
  • naturalisation des berges du Neerpedebeek, avec la création de biotopes de milieux humides ;
  • création de roselières et de zones humides dédiées à la biodiversité ;
  • amélioration de la qualité des eaux ;
  • restauration des cheminements et connexion à l’actuel parc du Grand étang- de la Pede (Grand étang) en apaisant la circulation
  • gestion des espaces verts adaptée pour prévoir d’une part des zones de repos pour les usagers et d’autre part des zones de gestion extensive pour la biodiversité.
    • Printemps 2022 : Avant-projet en cours de finalisation
    • 27 juin 2022 : Séance d’information publique de présentation du projet, dans le parc, au niveau des aménagements projetés. Dès 16h, stand d’information. A 18h, présentation générale du projet suivie d’une présentation détaillée lors d’une marche autour de l’étang Moyen.
    • Automne 2022 : Dépôt d’un permis mixte (permis combinant un permis d’urbanisme et un permis d’environnement) ; le dossier de demande inclura notamment un rapport d’incidences environnementales (RIE) étudiant notamment les impacts potentiels du projet sur la mobilité, la biodiversité, les riverains, …
    • Automne/Hiver 2022 : Enquête publique
    • Hiver 2023 : Démarrage du chantier

Phase 1bis : Conversion du boisement de l’actuel parc Vivès pour plus de sécurité et de biodiversité

  • Automne 2022 : Rédaction du plan de gestion pour la conversion de la peupleraie en un peuplement varié. Il s’agira d’un plan de gestion global, s’étendant sur dix à quinze ans.
  • Automne 2022 : Abattages des arbres les plus malades et dangereux par la commune d’Anderlecht.
  • Printemps 2023 : Reprise en gestion du site par Bruxelles Environnement et début de la mise en œuvre du plan de gestion pluriannuel.

Phases 2 et 3

  • Printemps 2023 : Désignation d’un bureau d’étude pour la définition du projet d’aménagement, incluant un processus de concertation.
  • Printemps 2023 - Hiver 2024 : Analyse du site, définition d’une charte paysagère et projet d’aménagement.
  • Hiver 2024 : Dépôt du PU.
  • Automne 2026 : Démarrage du chantier phase 02.
  • Automne 2028 : Démarrage du chantier phase 03.
Datum van de update: 22/09/2022