U bent hier

L’occupation du sol en Région bruxelloise

Actualisation : février 2022

La Région compte 1 km2 de plus !

Fait rare : en 2018, la Région bruxelloise a gagné un kilomètre carré en raison d’une nouvelle méthode de calcul des superficies au niveau européen (IBSA, 2019).

 

Les surfaces bâties s’accroissent

La superficie totale bâtie cadastrée augmente de 41 ha par an en moyenne (sur la dernière décennie). Soit l’équivalent de 60 terrains de foot du stade Roi Baudouin chaque année en superficie ! 

Cette urbanisation et la disparition de surfaces non bâties est confirmée par l’analyse de photos aériennes et satellitaires (IGEAT-ULB, 2006), et a comme corollaire une imperméabilisation des sols. Ce phénomène, qui touche les communes de manière très inégale, a progressé d’environ 18% à l’échelle de la Région entre 1993 et 2006. 

Sur base des statistiques établies sur les superficies cadastrées du territoire bruxellois (soit environ les 8/10ème de la superficie réelle de la Région), les logements couvrent 39% de la superficie régionale cadastrée début 2021. Autrement dit, un tiers de la superficie régionale est occupée par du logement (jardins de ville y compris)

Occupation du sol sur base des superficies cadastrées (12.873 ha) (2021)

Sources : IBSA sur base de données du SPF Finances (AG Documentation Patrimoniale) et de Statbel

La Région bruxelloise conserve néanmoins un caractère relativement vert, comme en témoignent la part d’espaces verts tels que bois, jardins et parcs, terres agricoles, pâtures, prés et vergers, terrains vagues sans oublier la Forêt de Soignes (30% du territoire cadastré début 2021) et la proportion de logements équipés de jardins (33% selon un sondage réalisé à l’été 2020 – Dedicated, 2020). L’exploitation de photos aériennes infrarouges datant de 2020 a montré que la végétation couvre de l’ordre de 52% du territoire régional (Bruxelles Environnement, 2021). 

De plus en plus d’immeubles à appartements… et de garages

Excepté un palier entre 2009 et 2011 dû à la crise financière, le nombre de bâtiments ne cesse d’augmenter depuis 2001 : +100 bâtiments par an environ en moyenne, pour un total de près de 194.900 en 2021. Cette hausse est corrélée à l’évolution du nombre d’habitations. Le nombre de logements s’accroit en effet chaque année : de 5.000 logements par an en moyenne depuis 2011 pour atteindre près de 593.000 unités début 2021 (soit 9% de plus qu’en 2011). 

Cette croissance s’accompagne d’une évolution continue de la typologie des bâtiments. Si les maisons deux façades représentent toujours plus de la moitié des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale, une redistribution s’opère en faveur des immeubles à appartements. Ces derniers connaissent une progression de près de 700 bâtiments par an en moyenne, soit +57% entre 2001 et 2021. Cet essor se fait au détriment des immeubles de commerce et des maisons deux façades, qui perdent respectivement 22% et 5% entre 2001 et 2021. En parallèle, les maisons trois et quatre façades progressent doucement (+4% pour chacune de ces catégories sur cette période). 

Evolution du type de bâtiments : comparaison 2001-2021

Sources : IBSA sur base de données du SPF Finances (AG Documentation Patrimoniale) & Statbel

Enfin, le nombre de garages, de parkings et d’emplacements couverts au sein des maisons, des immeubles à appartements et de commerces est en forte croissance (+28% entre 2001 et 2021). La Région compte ainsi près de 3.100 places de parking supplémentaires chaque année en moyenne, sur un total de près de 283.000 unités en 2021.

Datum van de update: 25/02/2022