U bent hier

L’évolution démographique en Région bruxelloise

Indicateur - Actualisation : mai 2022

Des Bruxellois toujours plus nombreux

La Région bruxelloise compte 1.219.970 habitants au 1er janvier 2021 (hors registre d’attente). Un Belge sur dix est donc domicilié dans notre Région !

Depuis le milieu des années 90, la population de la Région de Bruxelles-Capitale s’accroît. Elle a ainsi augmenté de près de 30% par rapport à cette époque. Le plus fort taux de croissance a été observé entre 2008 et 2013. Depuis lors, la croissance se poursuit mais de manière plus modérée. La COVID-19 a eu un impact négatif sur celle-ci en 2021 (+0,14% seulement), sans l’interrompre pour autant.

Et en 2070, la Région devrait compter 10% de résidents de plus, soit un accroissement moyen de 2.500 personnes par an (BFP, 2021). L’impact de la crise sanitaire devrait disparaître à long terme.

Evolution de la population bruxelloise (1980–2021)

Sources : SPF Economie - Statbel - Registre national (1980-2021), Bureau Fédéral du Plan – projections démographiques (2021)  

Croissance en forte augmentation entre 2008 et 2013 (+10%), plus modérée entre 2013 et 2020 (+6%), très faible en 2021

Cette croissance est stimulée par le solde naturel et le solde migratoire international.

 En considérant les migrations belges et internationales, la Région accueille chaque année de 70 à 80.000 nouveaux arrivants (66.000 en 2020) : un nouveau public donc, qui ignore souvent tout de nos législations environnementales.  

De plus, les changements climatiques risquent d’induire un flux d’un million de migrants d’ici 2100 en Europe, avec de fortes chances que ces personnes se dirigent vers les grandes villes du continent, à savoir, entre autres, Bruxelles. 

En revanche, en termes de solde migratoire et par rapport aux deux autres régions du pays, la Région perd plus d’habitants qu’elle n’en gagne (notamment des jeunes ménages avec enfants). Et ce phénomène de périurbanisation s’intensifie au fil du temps (IBSA, IWEPS, Statistiek Vlaanderen, 2019).

La densité régionale atteint 7.511 habitants/km2 en 2021. Cependant la population est inégalement répartie sur le territoire : concentrée dans les communes de première couronne (Saint-Josse affiche la densité la plus élevée : 23.041 hab/km2), elle est moins dense dans les communes en périphérie (Watermael-Boitsfort ayant la plus faible densité grâce entre autre à l’emprise de la Forêt de Soignes avec 1.944 hab/km2).

Les ménages s’agrandissent et la part des personnes isolées diminue 

Le nombre de ménages fluctue en fonction de l’évolution de la population bruxelloise notamment. La Région compte presque 560.000 ménages privés en 2021 (sachant que les ménages collectifs  – maisons de repos, résidences pour étudiants, etc. - ne représentent qu’1% de la population totale). Après une croissance importante entre 2001 et 2013 (+14%), puis quelques années de relative stagnation, leur nombre est reparti à la hausse depuis 2017. Selon les projections, il devrait encore augmenter jusqu’en 2050 mais moins rapidement que la population.

Les ménages bruxellois (hors ménages collectifs) sont composés de 2,2 personnes en moyenne

Près de la moitié d’entre eux correspondent à des personnes isolées : autrement dit, 1 Bruxellois sur 5 vit seul. La taille des ménages tend à augmenter et devrait atteindre 2,3 personnes en 2070 (BFP, 2019). 

La proportion de ménages d’une personne a beaucoup diminué ces dernières années en raison, entre autres, de la baisse de la part des plus de 65 ans et de celle des jeunes, nombreux à privilégier la cohabitation compte tenu des prix élevés du logement. Dans le même temps, les ménages composés de plusieurs personnes augmentent, notamment ceux de 3 personnes et plus.

 

En journée, la population bruxelloise s’accroît considérablement : 

  • en raison du pôle « emploi » que représente la Région : +25% environ. Selon l'Enquête sur les Forces de Travail (Statbel), en 2020, près de 369.000 Flamands ou Wallons viennent y travailler. Par comparaison, les Bruxellois travaillant en Flandre ou en Wallonie sont cinq fois moins nombreux (près de 76.000 en 2020). 

Tant les navetteurs vers qu’en provenance de la Région bruxelloise tendent à augmenter. Mais la crise sanitaire de 2020 a affecté le marché du travail : pour la première fois depuis 2015, le nombre de navetteurs a diminué (-9.000 pour les navettes entrantes, -6.000 pour les navettes sortantes). 

Navettes vers et en provenance de la Région de Bruxelles-Capitale (2020)

Source : Bruxelles Environnement sur base de données de Statbel, EFT 2020

  • Dans une bien moindre mesure, en raison du pôle « enseignement » que la Région bruxelloise représente également, qui attire pendant l’année scolaire de très nombreux élèves et étudiants. Rien que pour les niveaux maternel, primaire et secondaire, ils étaient 35.000 à venir de Flandre (Brabant flamand essentiellement) mais aussi de Wallonie et d’autres pays pendant l’année scolaire 2019-2020. Soit 14% des élèves scolarisés à Bruxelles (IBSA). A cela s’ajoutent de nombreux étudiants du supérieur, dont le décompte n’est pas disponible. 
  • Enfin, Bruxelles, capitale de l’Europe, est un pôle touristique et d’affaires avec les nombreuses institutions européennes et internationales qu’elle abrite.

1 employé bruxellois sur 2 est un navetteur. Avec ce que cela engendre sur la mobilité, notamment sur le trafic routier (voir l’indicateur sur la mobilité et les transports ).


Un Bruxellois né en 2020 vivra en moyenne 79 ans et 7 mois

L’espérance de vie de la population bruxelloise à la naissance est de 79,6 ans en 2020. Elle est de 5,3 années plus élevée pour les femmes que pour les hommes. 
En 2020, cette espérance a chuté de presque 2 ans par rapport à 2019. Alors qu’avant la crise sanitaire, elle avait augmenté de 2 ans en l’espace de 10 ans (2009-2019) (Statbel). Ce recul est la conséquence directe des conditions de mortalité en 2020, très impactées par la pandémie du Covid-19. Cet effet devrait s’estomper à terme (Statbel).

Datum van de update: 02/08/2022

Documenten: 

Etude(s) et rapport(s)